Mis en avant

La Dordogne, une jolie découverte

En rentrant de notre périple le long de la côte Atlantique avec les 2 enfants, nous n’avions pas envie de faire la traversée jusqu’en Savoie d’une traite. Et la liberté qu’offre le van nous permet de nous arrêter un peu où on veut…

J’avais entendu que la Dordogne était à voir, je regarde vite fait sur la carte, ça colle, nous passerons donc par là…C’est à peu près l’étendue de la préparation que j’avais faite au préalable…Ce passage, j’y accordais finalement peu d’importance, pensant bêtement que ce ne serait qu’une halte dans notre retour…

Mais au fur et à mesure que nous en parlions sur le chemin, avec des copains, avec le vendeur d’une (super jolie) petite boutique de Cap Breton qui venait de Dordogne, l’idée de découvrir ce lieu nous excitait de plus en plus, et les choses à visiter s’empilaient!

Le chateau de Castelnaud La Chapelle

Celui ci est un château fort médiéval datant du 12eme siècle au moins. Avec mon fils de bientôt 8 ans qui se passionne pour les chevaliers (évidemment!) et qui travaille ça au programme de CE1/CE2 (studieux…) nous l’avons ajouté au programme, et nous en avons été très contents.
Le Château est situé au sommet d’un éperon rocheux qui domine toute la vallée avec la Dordogne qui serpente en dessous. Pour y montons, nous traversons, à pieds, un très charmant village médiéval. Le ton est donné… Le prix de l’entrée n’est pas excessif du tout (10.90 euros par adulte et gratuit pour les enfants de moins de 10 ans) et, période de covid peut être, nous n’avons pas eu à faire la queue et il y avait peu de monde…
Pour ce prix, nous avons vu une démonstration de forgeron (en costume), une mini visite guidée sur les armes du moyen âge, un spectacle mi comique mi informatif très sympa pour les enfants (un poil long pour les parents), et bien sur la visite libre d’un château bien entretenu et bien conservé, avec un panorama magnifique.

Sarlat, bijou du Périgord Noir

Nous sommes arrivés à Sarlat sans attentes particulières, après 3h de route, et fatigués de la chaleur. On m’avait seulement dit que c’était joli…et nous avons eu un vrai coup de cœur!
Sarlat est un petit écrin médiéval extrêmement bien conservé, mais très vivant, très chaleureux…des terrasses partout pour y boire un petit vin blanc accompagné de terrine ou de foie gras (miam!)
Saviez vous que la ville est connue pour détenir la plus forte densité de monuments classées? Et qu’elle a été le lieu de tournage de plein de films comme La Fille de D’Artagnan, Cendrillon ou Jeanne D’arc? (Merci Sarlat Tourisme!)

On se promène dans les rues le nez en l’air pour observer tous les détails des bâtisses médiévales, toutes plus belles les unes que les autres, tout en s’imaginant les chevaliers et dames passer dans les rues (non? juste moi? ah bon…) , on fait du lèche vitrine sur les petites boutiques d’artisans, on n’oublie pas de remplir l’arrière du van de bonnes bouteilles de vin blanc moelleux et de Pécharmant, les vins de là bas, de foie gras et de terrines de canards, et autres gourmandises aux noix…
Et peut être, si on a de la chance, on rencontre au détour de la promenade un violoncelliste de rue qu’on écoute jouer quelques instants, et là l’expérience est vraiment magique et on se dit qu’on a vraiment bien fait de venir se perdre dans ce petit coin de France…

Le rendez vous manqué

La Dordogne, c’est aussi les sites troglodytes, les grottes de Lascaux, bien d’autres châteaux, Rocamadour, le gouffre de Padirac…
Mais malheureusement, Donovan notre van a fatigué un peu et nous avons du écourter pour aller prendre soin de lui. Mais ce n’est que partie remise, car nous reviendrons, c’est sur!
Je vais être honnête, avant d’y passer, je ne connaissais la Dordogne et le Périgord que de nom, et j’ai un peu honte de dire que franchement, j’aurais eu bien du mal à le situer sur une carte…
Les vacances, pour moi, c’était la mer ou l’océan (plus l’océan d’ailleurs…les océans!)
Alors peut être que je vieillis? 😉 La maturité dirons nous…
Passer les vacances dans un coin de nature, faire des balades à pieds ou à vélos, des visites culturelles, du kayak et des baignades dans la rivières, et surtout des bonnes bouffes, l’idée me plait plutôt! J’ai d’ailleurs lancé le truc, ce sera surement le lieu de notre gros week end entre copains l’année prochaine!
N’hésitez pas à m’envoyer vos conseils!

J’espère vous avoir vous aussi donné envie d’y aller!
Bonne route!

Alex
Sur instagram @alexandra_et_cie

Mis en avant

Voyager en van avec un bébé

Voyager en Van avec un bébé

Et voilà, après quelques années de rêves ( de mon côté) et quelques semaines de discussions et de veille sur le bon coin (pour lui), nous avons acheté notre premier van, un Vito Marco Polo, en Juin.
Pourquoi ce modèle plutôt que le très classique et très populaire California de chez VW? Il faudra laisser les détails à l’homme, mais en gros, le Vito est bien moins cher, car moins populaire justement, moins connu peut être…mais franchement, pour être monté dans les 2, c’est exactement pareil (je ne parle pas moteur ici, mais bien intérieur!) et pour le même prix j’ai un Vito récent contre un California tout pourri des années 90 (non, ne rêvez pas, on n’a pas un joli combi ou T3 tout coloré pour pas cher). Bref, point technique fait, nous avons notre van!

Alors moi j’en rêve depuis longtemps. J’ai voyagé toute mon enfance dans un fourgon Renault Trafic entièrement aménagé par mon père et franchement c’était notre maison roulante. Il était confortable, chaleureux et je n’ai que de bons souvenirs de campements magiques, avec réveils face à l’océan ou perdu dans la montagne, de nuits dans le hamac, de repas coquillettes dans la nature…
J’avais envie de ça pour mes enfants…

Van ou Camping Car?

Bien sur, au début, un van, je trouvais ça petit, moins maison. Mais je me suis laissée convaincre, car tout simplement le tourisme a changé, et aujourd’hui en France, on ne voyage plus si facilement en camping car que dans mon enfance. Les Barres 2m ont fleuri sur toute la côte et il devient impossible de se garer. Alors le van s’est imposé. Et au final, je découvre que ce n’est pas si petit que ça!

Les nuits avec bébé

Evidemment, comme beaucoup de parents, mon inquiétude numéro 1 avant ce premier départ, c’était les nuits avec ma fille de 1 an. Car 15 nuits sans sommeil, ça gâche vite les vacances!
J’avais 1000 questions: est ce qu’elle va se réveiller tous les matins à 6h à cause du soleil? Est ce qu’on va arriver à la coucher le soir? Où la coucher?

J’avais préparé le van avant le départ. Je voulais qu’il fasse le plus sombre possible à l’intérieur. Alors pour ça, on peut acheter des pares-vitres isolants faits pour, mais franchement, ça coûte une fortune. Moi, j’ai opté pour le DIY et je suis allée acheter un rouleau d’isolant chez Castorama, et j’ai fait moi même les découpes aux dimensions de mes vitres. C’est TRÈS facile, rapide, ça marche parfaitement et ça tient même tout seul. Je voulais mettre des ventouses au départ, mais coincé derrière les rideaux, pas besoin. Bref, ça m’a coûté 18 euros, j’ai pas mieux!

Pour dormir, après quelques recherches, j’ai déniché cette merveille! Ce petit lit pop up Deryan est top pour recréer un vrai lit bébé. Oui, il est suffisamment grand, et ira à mon avis jusqu’à 2 ans max. Il se zippe sur le haut, si on a besoin d’une sécurité de plus. Il est hyper facile à replier et vraiment compact! Ma fille sait parfaitement y rentrer et en ressortir et pourtant, elle y restait lorsque c’était son moment de dormir. A tel point que maintenant quand on va chez les copains le soir, on ne trimballe plus notre gros lit parapluie, mais juste ce petit pop up.
(Astuce Eco: le nouveau modèle s’ouvre par l’avant et coûte 70 euros. Celui que j’ai pris s’ouvre par le haut, ce qui me va très bien, et coûte 40 euros sur Amazon)

Du coup, la première nuit, par peur que les enfants ne tombent, nous les avions mis en bas et nous en haut sous le toit. On a vite réalisé que ce n’était pas très pratique pour profiter de nos soirées. Donc par la suite, nous avons mes les enfants en haut. Pour mon fils de 7 ans, pas de soucis, il se régalait dans sa petite cabane. Pour ma fille, j’ai très vite été tranquille, elle ne sortait pas de son lit, que je pouvais zipper au besoin (mais j’attendais qu’elle dorme car elle n’aimait pas être enfermée dés le départ) , il y avait la place pour que les 2 (lit pop up compris) dorment confortablement, et le matin, on se retrouvait tous pour un câlin en bas!

Les repas

Bon, j’avais aussi prévu le coup, car avec un bébé qui commence à marcher, c’est soit elle vous grimpe dessus tout le repas, soit elle court tout découvrir, et on ne profite pas du moment. Et là, ça avait été plus dur à trouver. Je savais ce que je voulais, je l’avais vu sur l’insta d’une famille américaine. Mais sur amazon, je ne trouvais que des chaises en plastique, pas très compactes, ou bien qui doivent se fixer sur une table. Alors ce que je vous montre là, c’est le graal 😉 et on a eu plusieurs « oh regarde comme elle est bien dans sa petite chaise! » par des passants au cours des vacances!

Cette chaise là, elle est génial, hyper compacte, légère, et c’est l’amie de vos apéros tranquilles!

La toilette de bébé

Bon, ici je vais peut être vous décevoir, mais en van, le maître mot, c’est relax! Alors non, on ne faisait pas le bain tous les jours, on a la douchette à l’arrière du van, on a les douches de plages aussi, et même si l’eau est froide, on s’accroche, ça ne dure pas longtemps! 😉
Rien de révolutionnaire ici. On avait acheté une petite piscine chez Décathlon pour faire des petites bains par ci par là, mais pour ces vacances ci, la puce n’était pas trop intéressée par ça…donc on a pas forcé. Elle se régalait dans les vagues et on faisait la douche du van ou du camping dans lequel on passait.
Pour les soins courants, et bien sur la banquette avec les lingettes ou le coton/lotion, rien ne change vraiment, c’est comme à la maison…

Voyager en van avec un des enfants: le Bilan

En partant en van, je n’avais pas grande inquiétude pour notre grand de 7 ans. Forcément, tu lui dis « viens on va faire des soirées pyjamas tous les soirs et on dort tous les 4 ensemble », lui il est le plus heureux!
Je me stressais surtout pour la puce evidemment. Et le bilan est tout positif!
Bien sur, ça prend quelques équipements, car quand on est préparés, on se détend un peu. Et ça prend aussi une éducation au sommeil préalable, si vous voulez pouvoir coucher bébé quand le soleil n’est pas couché et que vous êtes dehors à papoter. Mais il y a aussi l’autre solution, qui est arrivée aussi 2 ou 3 fois, de se dire « c’est pas grave, ce soir elle ne veut pas, elle va faire sa soirée avec nous et on la couchera quand on la couchera, c’est les vacances… »

Après, on partait avec les 2 enfants, des étoiles pleins les yeux, en se disant que nous, on voulait faire du camping sauvage!
Eh bien sur la côte Atlantique, c’est pas si facile. Et quand on a 2 sièges auto et une poussette, encore moins, car le soir se transforme vite en partie de Tetris pour pouvoir faire les lits. Donc c’est vrai qu’on a souvent opté pour le camping, car là au moins, on pouvait tout sortir sur l’emplacement, sans craindre de se faire voler ou autre.
Cela étant dit, dans un autre endroit moins bondé, nous n’hésiterons pas à refaire du camping sauvage!

Et au final, ce que vous allez offrir à vos enfants, et à votre famille, ce sont des nuits en « cabane » avec des petits dej’ dans des coins magiques, des petits pieds pleins de sables et des douches tout nus sous les pins et ça, c’est vraiment les vacances! 🙂

N’hésitez pas à me faire part de vos expériences et de vos bons plans!

Des bisous!
Alex
Suivez nos aventures sur Insta @alexandra_et_cie

Ça fait pas tout / Chronique d’une jeune prof fatiguée

Un petit point sur ma vie professionnelle.

Je suis prof. Depuis 6 ans. Et aujourd’hui je me sens vide, isolée, perdue, en colère…

En colère parce que l’éducation nationale…comment le décrire…vous voyez les 12 travaux d’Astérix, lorsqu’ils doivent aller d’étages en étages et de bureaux en bureaux pour avoir des formulaires, et que ça les rendait fou ? bah c’est ça, c’est exactement ça…ça vous rend fou…mais fou ! Pour tout, tout est compliqué, tout est insensé…il faut renvoyer 20 documents chaque mois parce qu’eux, ils ne gardent pas d’historique de dossier, et qu’ils ne communiquent pas entre services…du coup mois après mois je scanne et je renvois mes emplois du temps…qui sont les mêmes, mois après mois…un peu logique…

Oui car je suis TZR…TZR ? Remplaçante quoi…je remplace au pied levé les profs malades. En gros, sous 48h, on a le droit de m’envoyer partout dans ma zone…soit un tracé au compas de 100/150km autour de chez moi…ne prenant pas en compte les montagnes et autres reliefs…à vol d’oiseau, pour le reste, je me débrouille ! Et si ça me fatigue, si je trouve ça dur, comme lorsque j’ai repris en temps partiel après la naissance de ma puce et qu’on m’a envoyé a 1h30 de chez moi chaque jour, alors on me répond « personne d’autre ne veut y aller »…ah, bah trop bête pour moi…pas le choix…faut y aller…sinon on invoque la responsabilité que je suis censée avoir vis-à-vis d’élèves situés à 1h30 de chez moi, et mon manque de conscience professionnelle pour oser râler…

Vidée donc…déprimée…perdue…Je sais qu’on entend souvent ça… et qu’est ce qu’on se plaint nous les profs ! Pourtant c’est vrai quoi, on a les vacances !! Et je suis bien consciente que ça, c’est appréciable pour la vie de famille, c’est sur, et non, je ne bosse pas 80h par semaine chez moi…faut pas pousser…mais franchement, quand on me sort pour la 1000eme fois « c’est bon t’as les vacances », je réponds « bah viens le faire, mon job. Viens dans mes classes, jour après jour, viens, je te montre »…et j’en connais pas beaucoup qui en ont envie…alors non, les vacances ça fait pas tout. Ca aide pas à se lever le matin.

Oui parce que être prof, c’est pas comme quand je regardais l’Instit, petite, avec Gerard Klein. Non. Je ne vole pas au secours d’une famille chaque semaine et je ne suis pas célébrée comme une sauveuse et celle que l’on attendait, à la fin d’un épisode, avant de repartir vers de nouveau horizons sur ma moto. Non.
Être prof, c’est faire face, chaque jour, à des élèves qui haussent les yeux au ciel comme si vous étiez là uniquement pout gâcher leurs vies, les voir souffler, soupirer, râler quand on leur demande d’enlever leur manteau en mai (bah oui mais pourquoi on fait ça nous aussi !?), des élèves qui ne sont pas contents de devoir s’assoir devant et qui hurlent à la discrimination quand ils doivent s’assoir derrière. C’est des élèves qui ne savent jamais quand il y a un contrôle de prévu et qui se liguent pour jurer que « non, vous avez pas prévenu ». C’est répéter 1000 fois les mêmes choses « pensez à vos leçons « « t’as pas fait tes devoirs ? » , c’est gérer chaque jour 30 ados en crise qui aimeraient être partout ailleurs plutôt qu’avec vous, et qui se demandent bien pourquoi on leur impose de parler en anglais, franchement c’est scandaleux, d’toutes façons y’a google et moi de toutes façons j’suis nul en anglais…
Alors ok, j’exagère, au milieu de tout ça, il y en a qui ont envie, qui ne vous détestent pas, qui sourient parfois et qui sont adorables…seulement voilà, moi, le reste me fait trop de mal pour que ça rattrape tout…Je n’arrive pas à accepter ce désamour, cette ingratitude, je n’arrive pas à m’en ficher complet…Ca m’use petit à petit…je me remets en question tout le temps…pourquoi ça ne les intéresse pas ? Comment je peux faire autrement, et c’est trop frustrant, trop démoralisant…

Être prof c’est aussi gérer les parents…les parents……..vaste sujet. Qui défendent coute que coute leur petit ange parce que « nan à la maison il est toujours adorable, il répond jamais, ça doit être un problème avec vous »…parce qu’un enfant c’est le reflet de notre réussite, et accepter que son rejeton ne soit pas nickel à l’école, c’est admettre que peut être on a une mini-faille dans son éducation et ça, non, on veut pas. Parce que l’éducation, aujourd’hui apparemment, c’est montrer à son petit chéri qu’on le défendra toujours, pour gagner quelques points même si à la maison il nous fait péter un plomb, et où peut-on le montrer mieux qu’à l’école, devant ce méchant prof, et de toutes façons « j’étais pareil à son âge et j’ai eu que des profs nuls, je me suis fait tout seul moi madame »…moui…le « prof pourri » à la peau dur…

Bref…vidée…

Et perdue. Perdue parce qu’à 35 ans, je ne sais pas ce que je peux faire d’autres. Être prof, c’est fermé, c’est comme une prison dorée dont personne ne comprend que vous vouliez partir (ya les vacances). Qui voudrait de moi en dehors ? Qu’est-ce que je sais faire d’autre ? J’ai 35 ans et quelle expérience professionnelle à valoriser ? Les murs se sont refermés sur moi et ça fait peur.

Je regarde par la fenêtre et je me dis qu’un jour, j’aimerais être contente et légère d’aller au boulot, ne plus me préparer au combat en attendant les fameuses vacances…Parce que oui, ça fait pas tout.

Le Sri Lanka en famille : n’est pas aventurière qui veut…

L’année dernière, nous sommes partis en famille pour un voyage de 2 semaines au Sri Lanka. Je m’étais penchée longuement sur ce voyage, j’avais lu des guides, des blogs, afin d’affiner notre itinéraire…

Pour être honnête, le Sri Lanka ne faisait pas parti de mes destinations de rêve…Je ne sais pas vraiment pourquoi, j’imagine qu’on a tous des destinations qui nous parlent plus que d’autres. Nous avons décidé au départ d’y aller parce que des amis y étaient allés et avaient aimé, parce que le temps de voyage est relativement plus court et plus direct que d’autres destinations dans ce coin du monde et qu’il n’y a pas de vols intérieurs à prévoir…vu que nous partions avec notre petit garçon, ces critères étaient importants…

Pendant ma préparation, j’ai commencé à en découvrir davantage et l’envie est venue, l’anticipation, j’ai commencé à rêver de ce voyage et de tout ce que nous allions y faire.

Nous sommes partis en juillet. Le Sri Lanka n’a pas vraiment de bonne ou mauvaise saison, sachant que lorsque la mousson est sur une partie du pays, l’autre coté est tempéré…Bon, franchement, nous n’avons eu de la pluie nulle part, alors que le sud était censé être en période de mousson.

LE CIRCUIT

Après avoir examiné plusieurs blogs, nous avons opté pour un circuit Negombo → Sigiriya → Kandy → Nuwara Eliya → Ella → Arugam Bay → Udawalawa National Park → Mirrissa → Galle

NEGOMBO

Nous avions prévu de passer les premières 48h a Negombo, qui est une petite station à 20min de l’aéroport pour « digérer » le trajet et absorber le décalage tranquillement. Bon choix, nous allons dans un hôtel très sympa et bon marché, le Camelot Beach (attention au premier prix proposé par Booking, la chambre est située dans la partie non rénovée de l’hôtel, une HORREUR, avec le personnel qui prend sa pause clope devant notre porte à 5h du mat…quand on est arrivé à 3h ça fait plaisir… !) nous avons demandé un upgrade, à nos frais bien sûr, dès le lendemain, dans la partie neuve de l’hôtel, et c’était très agréable.

SIGIRIYA

Puis départ pour Sigiriya. Nous choisissons de prendre un taxi pour faire les 4 heures de route. Dans le hall de l’hôtel, nous rencontrons un couple de français qui recherche la même chose mais on leur donne un prix exorbitant. Nous décidons alors de partager notre minibus ! Très sympa, le voyage est passé très vite, nous avons papoté tout le long ! Durant les jours suivants nous avons mangé et fait des excursions ensemble, c’est ça aussi le voyage : les rencontres !
Arrivé à Sigiriya, j’avais réservé une chambre dans une guesthouse…pour les non-habitués, c’est très très basique : une maison au bout d’une ruelle, un lit, une salle de bain (c’est-à-dire un pommeau de douche un peu rouillé, un toilette, et un lavabo). Pas de draps, la dame nous fournit une espèce de paréo à ma demande. Le petit déjeuner le lendemain est copieux par contre, et nous partons pour escalader le rocher.

<Parenthèse> J’ai tout lu sur ce rocher : comment il fallait se lever à 5h pour commencer « l’ascension », comment il fallait être « préparé »… Bon très franchement, mon avis à moi, c’est que ce n’est pas la mer à boire ! Ca se monte tout a fait, comme on irait faire une petite rando en montagne, ou comme on grimpe au sommet du mont St Michel…Ce n’est pas une ascension de plusieurs heures, nous l’avons fait en 1h30 je pense, en y allant tranquillement avec un enfant de 6 ans. Ce sont des escaliers tout le long…
La où ça se complique, c’est si comme moi vous avez le vertige…Là, on rigole moins…J’ai grimpé ce rocher en retenant mes larmes, parce que le vertige, ça ne se contrôle pas, et chez moi, c’est pire quand j’ai mes enfants avec moi. Les petits escaliers en métal courent le long de la falaise à pic, et ça n’a pas été un plaisir pour moi. Cela étant dit, je ne regrette pas de l’avoir fait, c’est à faire, le paysage en haut est très beau.

Voila pour la parenthèse rocher. A part cette promenade, Sigiriya, c’est un minuscule village au milieu de la campagne, donc il n’y a pas grand-chose à y faire…Il faisait une chaleur étouffante, et nous avons joué les resquilleurs : nous allions dans l’hôtel voisin profiter de la piscine (on payait le bar, je vous rassure)

Le lendemain, nous avons fait un safari dans la réserve naturelle afin de voir les éléphants. Nous avons eu beaucoup de chance et avons pu en voir, ce n’est pas garanti. Maintenant, il faut savoir que les troupeaux sont entourés en permanence de vingtaine de jeep pleine de touristes, et ça fait un peu mal au cœur de se dire que c’est le quotidien de ces bêtes…Je sais que cela a été une belle expérience à vivre avec notre fils, mais au niveau respect de la vie animale, je ne sais pas vraiment quoi en penser…c’est sans doute mieux quand même que les fameux « orphelinats pour éléphants », où, au lieu de les soigner comme il est dit dans les guides, on les expose aux touristes dans une chorégraphie bien répétée…

Enfin, dernier jour à Dambulla pour y visiter les temples. Nous prenons un tuk-tuk pour y aller, c’est bien moins cher et tout à fait confortable. Coup de chance, notre chauffeur est adorable, et à Dambulla, nous emmène visiter le marché aux fruits, partage des fruits avec nous, un bon moment !
Les temples sont beaux, nous prenons un guide qui nous explique un peu, dans un anglo-français approximatif.

J’avais initialement prévu 4 jours à Sigiriya, car on nous avait dit que c’était LE coin le plus beau. C’est dire si chaque voyage est assez subjectif, puisque ce n’était tout simplement pas pour nous…Au bout de 3 nuits, nous sommes partis.

KANDY

Arrivée à Kandy, j’avais prévu de rester dans une petite auberge simple, mais notre fils est malade avec grosse fièvre depuis 2 jours et nous sommes inquiets, alors une nuit dans un hôtel plus confort nous fera du bien. C’est en route que nous rencontrons Michael, notre chauffeur de taxi qui nous suivra le reste du voyage.

A Kandy, Michael nous emmène visiter le Buddha Blanc qui domine la ville, puis nous allons voir un spectacle traditionnel. C’est le spectacle pour touristes, la salle est remplie. Cela dit, c’était sympathique et bien fait. Puis nous passons un beau moment au jardin botanique, c’est une belle  balade, calme, loin de l’agitation et de la circulation de la grande ville.


Le second soir, nous voila à notre auberge. Durant la nuit, la santé de notre fils ne s’est toujours pas amélioré, sa fièvre est au plus fort et nous avons une grosse frayeur. Me voila à chercher sur internet les meilleurs cliniques/hôpitaux à Kandy…oui parce qu’au Sri Lanka, on a un peu peur d’emmener son fils de 6 ans n’importe où. A 3h du matin, nous sommes tous les 3 dans un tuk-tuk pour la Adventist Clinic. Une chance, il n’y a personne en arrivant, on nous prend en charge. On soupçonne une dengue et on doit faire une prise de sang…Bref, je vous passe nos péripéties…4h plus tard, nous sommes rassurés, c’est un virus, on nous donne des antibio indiens…(la suite plus tard)

NUWARA ELIYA

C’est donc plus détendu que nous partons pour les montagnes et les plantations de thé de Nuwara Eliya. Franchement, pour nous, c’est cette partie qui nous a fait rêver le plus. L’héritage anglais est encore très présent dans les plantations, les paysages sont splendides, les montagnes plongées dans cette espèce de léger brouillard ont une aura un peu mystérieuse…Michael, notre chauffeur, est adorable, il prend Zachary sur ses épaules, nous emmène voir des cascades, et nous nous sentons plus leger.
L’après-midi, nous arrivons à Nuwara Eliya sous la pluie et avec 10 degrés de moins. C’est normal, les montagnes sont beaucoup plus humides, il faut le savoir ! Nous allons au High Tea at the Grand Hotel. Là, nous vivons un instant assez figé dans le temps, dans ce très bel hôtel du Ceylan d’il y a 100 ans…

Notre hôtel à nous, c’est une belle erreur de casting…et franchement, à ce stade du sejour, nous commençons un penser que soit nous jouons de malchance, soit l’hôtellerie du Sri Lanka n’est vraiment pas au point !!!
Cet hôtel-là, je vous le dis, fuyez ! Noté 9,4 sur Booking…….ils achètent leurs avis ou quelque chose dans le genre…Le plafond est entièrement moisi ! La chambre sent très fort une odeur chimique de produit qui est censé couvrir la pourriture ! Et au milieu de ça, je dois faire dormir mon fils, dont la fièvre repart de plus belle après une faible amélioration due aux antibio. Cette fois, je suis à bout, je panique, et c’est à moitié délirante de fatigue que mon mari me trouve à 6h du matin, me colle des boules quies et me dit de dormir 2 petites heures. En partant nous refusant le « petit dej » de 2 tartines de pains secs sans rien dessus et mon mari et notre chauffeur Michael refusent de payer…on s’en sort avec une mini réduc…et le moral dans les chaussettes…

Nous avons le train à prendre. Michael garde nos valises et les amènent à la gare de Ella où il nous récupere.

TRAIN POUR ELLA

Malgré toutes nos difficultés, ce trajet en train, c’est LE souvenir de notre voyage. Zach se sent bien, nous arrivons à la gare. Michael connait un vieux monsieur qui travaille ici et qui nous fait monter dans la cabine de ??? . C’est assez magique, cette gare a plus de 100 ans…c’est une page d’histoire…le train arrive, il y a du monde. Thomas a lu sur un blog qu’il ne fallait pas hésiter à lancer son sac sur un siège si l’on veut espérer s’assoir, car c’est un peu la guerre 😉 c’est ce qu’il fait de l’extérieur du train ! une gentille vieille dame l’attrape et le pose à cote d’elle…nous voilà parti pour 4h de train à petite vitesse à sillonner les rizières et plantations de thé, le voyage tient ses promesses, les paysages sont magnifiques ! A Ella, le village est vivant, animé, l’ambiance est sympathique, Michael nous amène aux 9 sisters par la foret…petit coup de cœur pour ce village où nous aurions aimé rester plus longtemps. Mais la santé de notre fils nous fatigue et nous inquiète, nous avons besoin de nous recentrer. Départ pour Tangalle où nous avons décidé de prendre un bel hôtel et de voir si les choses évoluent enfin pour le mieux.

TANGALLE

24h de relatif repos dans un bel hôtel de Tangalle (relatif car quelque chose ne fonctionne pas dans notre chambre et plutôt que de nous changer de chambre, un technicien travaille pendant 2h dedans à notre arrivée…), nous nous promenons sur la plage, nous ramassons des yeux de Sainte Lucie dans le sable…Mais le cœur n’y est plus, nous ne profitons pas du séjour, nous voulons rentrer nous occuper de Zach.

Après une matinée d’appels et de colères aux services d’Opodo et de Visa (la personne m’a quand même répondu que si on voulait rentrer, il fallait d’abord que l’on fasse hospitaliser notre fils au Sri Lanka… !) pour nous trouver un vol de retour au plus vite, nous avons enfin un vol pour le soir même à 4h du matin. Soulagés et déçus en même temps, nous prenons un taxi, qui nous arrête quand même 1h à Galle pour voir la ville fortifiée avant notre vol.

CONCLUSION

Voila, pour ce post voyage trèèèèès long et un peu en demi-teinte…vous comprendrez que le Sri Lanka ne reste pas comme notre plus beau voyage…il a fallu s’en remettre…Un an après, nous sommes capables d’apprécier, Zach y compris, ce que nous avons pu voir et faire…et je commence à me dire que peut être, nous y retournerons un jour…sans enfants en bas âge…

Nous avons joué de malchance pour les hôtels, et nous avons eu du mal à nous sentir à l’aise mais je pense que la maladie de notre fils a beaucoup pesé dans la balance…
Ceci étant, je dois dire qu’en tant que femme, il m’est arrivé à 3 reprises de me sentir observée, regardée avec insistance par les hommes…et on m’a mis 2 fois la main aux fesses…alors oui, j’assume, je n’ai pas aimé, mais je ne reste pas dessus et je serai peut être prête à revoir mon jugement un jour, pour voir le sud du pays…qui sait ?

Ps : Zach avait en fait une pneumonie, autant dire que nous avons été heureux de notre retour en France, il a été pris en charge et a été guéri très vite. Il se trouve en fait que l’antibiotique indien est à spectre trop faible. Nous avons décidément bien de a chance chez nous, de pouvoir soigner nos enfants efficacement !

Majorque, encore un peu de soleil!

Cap de Formentor

On aura eu le suspense jusqu’au bout avec ces vacances en famille à Majorque ! Départ fin Octobre, chaque jour, je checkais la météo, chaque jour on m’annonçait plus de nuages…pluie…bah je me faisais une raison : le but était de partir tous les 4, profiter, boire des cocktails 😉 …mais quand même, c’était avec un peu de cafard que je remplissais la valise de sweat, de gilets, de kway…

La bonne blague, puisque c’est avec cette valise très automnale que j’ai passé la semaine à Majorque sous le soleil et une température à 25 ! Alors, pour les vacanciers de Toussaint, ne croyez pas toujours la météo, gardez espoir, après tout, c’est vrai que Majorque est une île, ici le temps change vite et les nuages passent !

C’est donc bien fin Octobre (nous sommes rentrés hier) que nous avons passé cette petite semaine à Majorque…Je n’avais que très peu d’attentes, et quelques idées préconçues : Majorque c’est l’ile à touristes allemands parait-il ! Mais au fur et à mesure de la préparation du séjour, nous avons eu plusieurs avis plutôt positifs pour des départs hors saison, et j’étais assez excitée de ce voyage !

Effectivement, je ne connais pas l’ile en été, mais en octobre, elle n’est pas du tout surpeuplée, tout semble très calme, nous n’avons jamais attendu devant une activité.

Nos visites :

  • L’aquarium de Palma : nous partions avec nos enfants, et le premier jour, il était prévu qu’il fasse un bel orage, alors j’avais pensé aller visiter l’aquarium tranquillement. Mauvais temps ou pas, c’est un bel aquarium, très bien fait, ludique ! nous avons passé un bon moment en famille, et je pense que c’est à faire ! Attention, il faut toujours réserver sur internet plutôt qu’au guichet, c’est environ 5 à 10 euros moins cher selon le package (Cela revient en fait au tarif de l’aquadome, qui est un cinéma 3D où l’on plonge au milieu des baleines, plutôt très bien fait. Je ne crois pas que je l’aurais fait si cela n’avait pas été inclus au pack, mais c’est le meilleur souvenir de mon fils de 7 ans !)
btr
  • Les Caves du Drach : Des grottes immenses, magnifiques, avec un lac souterrain, et un mini concert de musique classique au fond de la grotte. On m’avait dit « c’est le truc à touristes »…oui, mais moi, j’aime bien ça parfois les trucs à touristes ! D’abord parce que je me dis que s’ils le sont, c’est pour une raison, et puis après tout, j’en suis une de touriste 😉 Ici, je n’ai pas regretté : la balade est belle, mon fils a adoré, et à la fin, être plongé dans le noir, puis voir arriver une petite barque illuminée sur ce lac au fond de cette grotte, avec un violoniste et un pianiste, moi, j’ai trouvé ça très sympa ! Le plus : on termine la balade sur des barques nous aussi ! (Tarif sur internet, un peu moins cher et qui évite les files au guichet : 15 euros adulte / 8 euros enfant, gratuit en dessous de 3 ans)
  • Le Cap de Formentor : difficile de manquer ce point, c’est LE coin à voir selon tous les guides ! Effectivement, c’est très beau, plein d’itinéraires de balades, descente vers des criques turquoises, ne pas oublier le porte bébé ! Des points de vue vertigineux et des falaises à pic, pas le truc dont je suis fan avec des enfants, je stresse facilement, mais super beau !

En route pour le cap, nous nous sommes arrêté au village d’Alcudia. Le dimanche, c’est le jour de marché. Alcudia est une petite ville fortifiée qui est restée charmante. Même si elle n’est pas grande, nous avons aimé nous promener dans les petites rues typiques…puis nous sommes allés sur la plage d’Alcudia profiter du soleil et du sable fin. Sur Trip Advisor, beaucoup conseillaient d’aller voir la plage de Muro, sauf que les photos de pontons et de petit pont rouge sont en fait celles de la plage d’Alcudia. En fait, c’est une seule et immense plage qui court tout le long de la baie, elle est vraiment très belle ! Je suppose qu’elle est pleine de monde en été, mais en octobre, c’est le top !

btr
  • Evidemment………….Palma ! Impossible de manquer la capitale des Baléares ! Nous y avons consacré une journée, mais avec des enfants, difficile de tout voir. Nous avons visité la cathédrale, je dirais que c’est assez obligatoire. Elle est vraiment très belle, les vitraux sont magnifiques ! Nous n’avons pas du tout attendu, alors qu’a d’autres périodes, il faut réserver un fastpass sur internet. L’entrée est à 8 euros par adulte.
    Nous avons admiré le palais, flâné dans les rues, les jardins, les rues colorées méditerranéennes…Honnêtement, la ville aurait mérité un peu plus de temps, mais encore une fois, avec des enfants, on s’adapte aussi à leur rythme !

Déceptions :

  • Porto Cristo : j’avais lu « petit village de pêcheurs charmant »….je le cherche encore…Franchement, le village n’a plus rien de typique, ce sont des constructions usées des années 70/80 avec paraboles, qui entourent un petit port et une petite calanque abimés par le béton…rien de fou, en tous cas rien qui vaille un détour…
  • Promenade en bateau sur la côte Est : le programme annonce 2h de balade à la découverte des diverses calanques (dites « cala »). Au final, la côte Est, si elle est effectivement découpée de criques et de petites calanques, n’a pas toujours eu la chance d’être préservée du béton comme la côte marseillaise…donc si vous connaissez nos calanques françaises, vous serez déçus…
btr

Notre hôtel : Nous avons réservé un tout compris par Voyage Privé. Nous avons payé 1200 euros All inclusive pour une famille de 4 (dont un bébé). Donc franchement, le prix est incomparable.
Pour ce prix, nous ne nous attendions pas à du luxe. Nous avons eu un beau village club, le Blau Punta Reina, pas dans les meilleurs que nous connaissons mais tout à fait sympa, propre, plutôt moderne et bien entretenu, dans un coin très très joli, cerné de 2 belles criques et plages turquoises et point de départ de belles balades le long de la mer ! Le personnel a été très serviable, le buffet sans surprise et pas toujours au top, mais pour le prix, bien.

VERDICT, est ce que j’y retournerais ? Je suis partagée : Thomas me dit que oui, en été avec les potes en famille…Je dis oui, mais si c’est ça, je retournerai plus volontiers en Grèce, Crète ou des endroits qui m’auront peut-être plus charmé, tant au niveau de l’authenticité des lieux que de la gastronomie…c’est vraiment personnel…j’ai apprécié mon séjour, mon temps au calme en famille, mais je n’ai pas eu de coup de cœur particulièrement ! A voir, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Voilà pour notre petit trip à Majorque !

A bientôt !!

Partir avec bébé à 1 mois

Pour nos premières vacances avec bébé Anna, nous avons joué la sécurité en restant en France…Il faut dire que Anna n’a qu’un mois et demi, et notre aventure au Sri Lanka nous a quelque peu refroidi (voir post ici)

Parce que j’ai passé les étés de mon enfance sur les plages de Bretagne, et parce que j’ai réussi à passer le coup de cœur à mon sudiste de mari, nous décidons de partir à Quiberon. J’y étais allé une petite semaine 2 ans auparavant, sans Thomas, et j’étais sure que ça lui plairait !
Quiberon, c’est la parfaite carte postale de vacances : on y pose la voiture en début de séjour, et on fait tout à vélo sur la presqu’ile ! On s’y sent comme dans une petite communauté à l’abri de tout (ceux qui sont déjà passé sur une ile me comprendront), d’ailleurs, même les nuages ne font que passer, pour ceux qui diront qu’il fait toujours mauvais en Bretagne ! Pour les mauvaises langues, je dirais juste qu’au lieu d’avoir les 42 degrés de canicule du reste de la France, pas top avec un bébé, nous avons largement apprécié nos 27 degrés et l’air marin…même le petit crachin occasionnel pendant le running du matin, c’était top !

Pour ces premières vacances avec bébé donc, nous avons loué une maison. Il était important pour nous d’être « comme chez nous ». Super surprise lorsque nous sommes arrivés, la maison est face à la cote sauvage, à 10 minutes du centre du bourg. Nous avons loué sur le bon coin et nous avons eu un coup de chance car on s’y est pris un peu tard (avril pour juillet). Les maisons pour Quiberon partent vite !

Après l’installation, tout est prêt pour passer de parfaites vacances en famille !

A faire :

  • De belles balades en vélo sur la côte sauvage : tout à fait abordable, même avec notre fils de 7 ans. Nous avions pris nos propres vélos, mais il y a un grand nombre de loueurs sur Quiberon. On ne se lasse pas, personnellement, j’adore cette impression d’être au milieu de la nature, et puis la Bretagne, avec sa cote découpée et ses énormes vagues, les odeurs de la lande !
  • Se baigner sur la grande plage…la base ! Nous avions une tente bébé plutôt pas mal, car très aérée, qui ne se transforme pas en sauna, et une poupette super cool, qui nous accompagnait partout, toujours avec le sourire…une tente, un pareo ou une serviette pour l’installer, toujours 2 doses de bibi d’avance (on ne sait jamais le programme, un apéro qui se prolonge !) et un petit chapeau…aussi simple que ça ! Pour aller à la plage, nous la mettions dans le porte bébé, et on allait à vélo (j’ai un vélo hollandais, elle était donc droite sur moi), comme ça, pas de poussette dans le sable, vraiment pas pratique !
  • Les apéros du Fischer : attention parents, c’est le top car…le bar, situé sur la plage, propose des canapés confortables, de la musique lounge, des bons cocktails et des apéros, mais surtout, ils ont eu l’excellente idée de proposer un large espace de structures gonflables, encadré et surveillé, pour les enfants ! C’était le moment préféré de la journée de notre fils de 7 ans, et franchement, c’est agréable de pouvoir boire l’apéro entre adultes !
  • Toutes les activités plein air que Quiberon a à offrir : char à voile, équitation, surf…
  • Checker les horaires des marées pour aller à marée basse chasser les crabes et les bernard lermites ! On les relâche bien sûr, mais équipé de son seau et son épuisette, ce sont des souvenirs d’enfance assurés !
  • Faire des excursions sur les iles : Houat, Hoedic, Belle-ile…

En bref, Quiberon, ce sont des vacances famille vraiment relax, des vacances qui sentent bon l’air marin, dont on revient les poches pleines de sable et la peau toute salée…et franchement, qui a dit qu’il faisait mauvais en Bretagne???